TraAM 2015-16 | Le projet « Pédagolab »

Compte-rendu de l’expérimentation (2ème année)

Projet inter-académique mené dans le cadre des TraAMs Documentation

Documentation(1)

Participation à l’axe 2.2 : Académies de Toulouse/ Orléans-Tours/ Nice : Les labs peuvent-ils être un nouvel espace de formation et un levier d’apprentissages à l’école ?

Les participants :

  • Académie de Toulouse : Nicolas Cimolino et Marion Carbillet (référent académique)
  • Académie de Nice : Pauline Chaintrier, Jean-Marie Frizzole et Didier Mouren (référent académique)
  • Académie d’Orléans-Tours : Séverine Verzi Borgese et Nadia Lepinoux-Chambaud (référent académique)

Suite à une réunion qui s’est déroulée en distanciel le 11 décembre 2015 avec une partie des acteurs du projet, il a été décidé de réunir, sur le site Viaéduc, le projet “Labs” sous une fiche unique, ce qui a été fait début janvier 2016.

On y trouve alors le descriptif succinct des projets de chaque académie :

Dans les académies trois projets d’étude différents autour de la notion de LAB :

  • Académie de Nice : mesurer dans un  lycée l’impact,les résultats pour les élèves et les adultes et d’une opération sur les médias et le numérique.
  • Académie Orléans-Tours : développer des PédagoLabs autour de l’EMI dans le plan de formation académique des professeurs documentalistes.
  • Académie de Toulouse : initié dans le cadre des TraAM 2014-15, le projet pédagolab a été testé l’an dernier par trois professeurs documentalistes de trois bassins différents avec des groupes de 3 à 7 participants chacun. Dans l’académie, les pédagolabs s’intègrent dans des dispositifs APIE (ateliers pédagogiques inter-établissements) proposés par la Dafpen et qui donnent droit à 4 rencontres sur temps scolaires d’une demi-journée chacune. Cette année, la phase de test s’ouvre à un peu plus de groupes, dans la limite d’un seul par bassin. L’idée est de pouvoir généraliser le dispositif à toute l’Académie et proposer un pédagolab par bassin.

Objet de mutualisation : Texte de réflexion s’appuyant sur les analyses des expériences de terrain et échanges autour des points forts et points faibles du concept de LAB

Par ailleurs, le compte-rendu de cette réunion a été diffusé à la mi-décembre 2015 aux participants via une page intitulée “TraAM DOC 2015-2016 : Labs and co” ouverte pour l’occasion sur la plateforme Samepages

Nous avons convenu début janvier 2016 de produire en fin d’année scolaire des comptes-rendus distincts mais écrits sur le même modèle de ces diverses expérimentations (les liens seront diffusés ultérieurement)

Projet académique

Depuis deux ans, le projet pédagolab est porté par le groupe TraAM. Il a vocation, à partir de la rentrée 2016, à vivre désormais sans les TraAMs, comme un dispositif de l’EPA académique à disposition des collègues qui souhaitent monter des groupes locaux d’échanges et de réflexion.

Tous les documents pour mettre en place un pédagolab sont disponibles ici :

TraAM 2014-15 | Le projet “Pédagolab”

 

Le projet toulousain des pédagolabs pour l’année scolaire 2015-16 a été lancé fin 2015 dans trois bassins de l’Académie : un dans le Tarn et deux dans la Haute-Garonne.

Dans l’Aveyron, il y avait une volonté de lancer une deuxième expérimentation après celle de l’année dernière mais les personnes qui s’étaient portées volontaires, suite à la présentation du projet lors de la première “journée des documentalistes” (JDD), étaient réparties sur les 3 bassins aveyronnais. Il n’a pas été possible, même après une relance par mail et des appels téléphoniques, de trouver suffisamment de collègues d’un même bassin (demande de l’institution) pour monter un APIE Pédagolab…

Dans le Tarn

Six rencontres

Points forts :

Nous ne nous concentrons que sur la posture pédagogique (les gestes, corps, voix et langage) car nous ne portons pas notre attention sur la pédagogie ni la didactique :

  • convivialité
  • bienveillance
  • échanges et prises de distance sur les pratiques au fur et à mesures des retours d’observation sur les séances
  • découverte des CDI car nous sommes isolées : idées d’aménagement, boîte à idées, astuces professionnelles,…
  • appropriation : s’approprier ce que font les autres en ce qui concerne les attitudes, postures, le savoir-être, les procédés de communication prof-élève (verbaux et non verbaux), relation enseignant-élève
  • Effet de miroir, recul sur ses propres pratiques et postures grâce aux retours sur les séances
  • co-formation : Auto-formation par les pairs, Apprendre des autres pour la gestion des élèves au CDI propre au métier de professeur documentaliste et au lieu, collaboration
  • indépendance, liberté, autonomie et prise en main durant 3 heures de cet espace-temps de formation
  • il n’est pas facile d’accepter d’être observé mais c’est facile car bienveillance d’où l’importance de la charte : on n’a pas peur de donner et de se planter, de partager et d’apprendre des autres
  • efficacité : on apprend mieux et plus vite et plus de choses. Ça correspond à nos besoins

Points faibles :

Il a été proposé de donner également des observations constructives sur ce qui pourrait être amélioré lors des observations de séances. Cette proposition n’a pas été partagée par tout le monde mais il est vrai que le changement de pratique et de posture nécessite une prise de conscience de ce qui ne va pas.

Modifications/suggestions :

Nous avons très peu utilisé la colonne de droite “Équivalence que je pourrais proposer” que l’on trouve dans le grille d’observation.

Les productions

Document de présentation de l’expérimentation des Pédagolabs par les membres de ce bassin :

 

Une infographie :

https://magic.piktochart.com/output/13904511-apie-tarn-2016-production-1

En Haute-Garonne (Toulouse Nord)

Trois rencontres

Ce Pédagolab a été présenté aux chefs d’établissement du bassin en tant qu’APIE. Il y a un vrai intérêt des chefs d’établissement pour savoir ce qui se passe dans les CDI. Et dans le cadre de l’APIE, la rédaction des comptes rendus permet cette information.

Points forts :

Dans notre groupe, il y a des collègues de collège et de lycée professionnel.

Pour cet APIE, deux rencontres ont eu lieu , une en collège et une en lycée professionnel. Cela a permis à toutes de découvrir des univers et des conditions de travail pas toujours connues ou oubliées. Cela a également permis des échanges sur nos propres pratiques afin de tenter de faire la part des choses entre les deux contextes pour voir ce qui est réappropriable dans les 2 cas.

Points faibles :

L’ensemble des membres du groupe ne se connaissant pas a priori, cela a pu ralentir le regard d’analyse car il a d’abord fallu apprendre à se connaître et à connaître les contextes des différents établissements.

De plus le travail d’analyse de la posture a été moins évident, en tout cas dans sa transcription,  car moins pratiqué habituellement. cependant les échanges sur les réappropriations et les questionnements ont été riches et ont déjà permis d’élaborer des pistes  de réflexion.

Modifications/suggestions :

Dans la mise en place de l’APIE, proposer, en plus des messages et grilles types, un espace avec des ressources théoriques à proposer aux intervenants pour réfléchir à la posture en amont des rencontres, et un guide de l’animateur (qui je contacte, pour quoi, quand,…)

En Haute-Garonne (Toulouse Est)

Trois rencontres

Contexte :

Parmi les professeurs documentalistes présents dans cet APIE, deux sont en lycée. Aussi, pour la première rencontre, ces collègues nous ont proposé de venir les voir dans le cadre des TPE. Cette intervention nous a semblé intéressante, pour celles qui sont en collège et qui ne connaissent pas forcément les conditions d’organisation de ce dispositif, et le rôle du professeur documentaliste.

Aussi, pour cette première rencontre, nous n’avons pas assisté, à proprement parlé, à une “séance” où nous pouvions utiliser la grille. En effet, les élèves viennent au CDI sans les enseignants. Les professeurs documentalistes vont à la rencontre des groupes et font un point avec eux sur la progression de leur travail. L’autonomie étant une composante importante mais parfois difficile à gérer dans les TPE, un soutien dans la progression est parfois bienvenue.

Elles leur proposent donc une série de documents qu’elles ont préparés afin de les aider dans les différentes étapes (évaluation du diaporama, citer ses sources, utiliser des images libre de droit,…). Elles les orientent vers la rubrique de l’ENT où ils pourront trouver des sites, des conseils.

Elles en profitent pour leur demander de remplir un petit questionnaire sous forme d’évaluation (format A5) afin d’avoir leur avis sur la place du CDI dans l’aide apportée pour leur travail.

Nous les avons donc observés dans leurs attitudes, leur relation avec les élèves et ce qu’elles leur apportent sur la méthodologie, la théorie et un soutien bienveillant sur l’avancée de leur travaux.

Points forts :

Isolées dans nos CDI, ces rencontres sont un temps fort pour échanger, parler, discuter de tout ce qui fait notre quotidien. Ils nous permettent d’échanger sur nos interrogations, nos doutes et les idées fusent.

Le contact direct semble plus propice à l’échange. Il n’y a aucun temps mort, les sujets de discussion viennent spontanément. Découvrir le CDI, l’organisation, la façon de faire est appréciée.

Points faibles :

Il faut être au minimum cinq, mais trois rencontres sont prévues et dans la réalité, on ne va observer que deux fois.

C’est un peu décevant pour celles qui ont été observées de ne pas voir à leur tour les collègues en situation.

Modifications/suggestions :

Voici des propositions faites par les participantes:

  • faire en sorte que tout le monde soit observé. Trois séances semblent un peu juste. Il faudrait pouvoir planifier approximativement les rencontres dès le début de l’année scolaire, pour que chacun s’engage à “participer” de manière active.
  • il serait souhaitable de préparer davantage nos rencontres, par exemple celle qui reçoit pourrait  envoyer aux autres, quelques jours avant la rencontre, son projet documentaire, ainsi qu’une présentation succincte de la séance proposée. Cela permettrait d’avoir une vision plus globale  de ce qui ce fait au CDI, et de préparer d’éventuelles questions.
  • peu de temps finalement pour approfondir et les rencontres sont espacées… peut être privilégier un thème de travail.
Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire