Publication d’un document unique pour rassembler l’ensemble des éléments de la matrice EMI

Logo traaam

Nous publions, avec la fin du travail d’écriture autour de la matrice, un document unique rassemblant tous ceux produits sous format pdf pour vous permettre de les lire facilement, y compris avec un équipement mobile.

Vous pouvez le télécharger en cliquant ici : matrice-EMI book

L’objectif de la matrice EMI de l’Académie de Toulouse est de donner un cadre d’appui aux professeurs documentalistes et leurs collègues pour intégrer l’EMI à leurs séances pédagogiques : définir des objectifs et un vocabulaire communs et structurer les parcours EMI dans les établissements.

Cette matrice EMI est le  résultat d’une écriture  collective pilotée pendant deux ans, de septembre 2014 à Juin 2016, par l’équipe TraAM et ouverte à tous les collègues volontaires de l’Académie.

Ce travail a été  réalisé au cours de plusieurs phases distinctes :

  • Une première période d’écriture en groupe TraAM nous a permis de choisir la structuration en matrice (ou tableau) à entrées multiples (objectifs opératoires, facettes, notions, niveaux). L’objectif était de proposer un document évolutif, appropriable et transformable à volonté. Ce premier document a été publié en juin 2015.
  • Un second temps a été consacré une relecture critique du document par un groupe de collègues repérés  pour leur intérêt pour ce travail. Cette relecture a débouché sur la réécriture du document (simplification des formulations, insertion d’un glossaire, réorganisation en tenant compte du socle commun). Cette mise à jour  a été publiée en janvier 2016.
  • Parallèlement, nous avons travaillé à deux infographies pour communiquer sur les grands objectifs de la matrice et les relier au socle commun et à des exemples de séances.
  • Enfin, un appel large aux collègues de l’Académie a été lancé pour participer à la rédaction collective et la publication de trois documents de structuration de l’EMI par cycles. Les documents “Matrice et cycle 3”, “Matrice et cycle 4” et “Matrice et lycée” sont parus entre janvier et  juin 2016.

Dans ce document de juin 2016, il nous a semblé opportun de réunir l’ensemble de ces documents en une seule unité. La matrice EMI comprend ainsi un ensemble de documents qui s’appuient sur des pratiques concrètes de professeurs documentalistes et laissent une place importante aux pratiques médiatiques des élèves.

Cette matrice concerne le champ de l’Éducation aux Médias et à l’Information (EMI) tel qu’il est défini dans les nouveaux programmes d’enseignement au cycle 4 http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=94717

Elle s’inscrit dans un contexte éducatif en mouvement : la publication du nouveau socle qui justifie ce questionnement et cette réflexion et les programmes du collège qui précisent trois objectifs essentiels à l’EMI :

  • une connaissance critique de l’environnement informationnel et documentaire du XXIe siècle,
  • une maîtrise progressive de sa démarche d’information, de documentation,
  • un accès à un usage sûr, légal et éthique des possibilités de publication et de diffusion.

Cette matrice se réfère également au  Référentiel de compétences des métiers du professorat et de l’éducation (2013) dans lequel « les professeurs documentalistes, [sont]  enseignants et maîtres d’œuvre de l’acquisition par tous les élèves d’une culture de l’information et des médias » et notamment de la maîtriser des « connaissances et les compétences propres à l’éducation aux médias et à l’information ».

Le terme matrice indique la volonté d’offrir aux collègues professeurs documentalistes un cadre modulable, non figé, à quatre entrées (objectif, notion, niveau ou facette) qui peuvent elles-mêmes être croisées pour mettre en place des progressions pédagogiques. Elle a pour vocation de leur permettre d’échanger et de structurer l’EMI avec leurs collègues, dans leurs établissements.

La matrice s’appuie sur des connaissances opératoires en recherche d’information (élève-lecteur) et en création/publication (élève-auteur).

Cette matrice possède plusieurs niveaux de lecture et d’entrées :

  • Les grands objectifs opératoires :

Nous en avons déterminé six, en regroupant les notions essentielles pour chacun d’eux :

  • Être auteur : consulter, s’approprier, publier
  • Comprendre et s’approprier les espaces informationnels
  • Partager des informations de façon responsable : produire, reproduire
  • Comprendre et expérimenter le Web et sa structuration
  • Assumer une présence numérique
  • Argumenter : analyser, développer un point de vue
  • Les quatre facettes
    • Information documentation : collecter, sélectionner, organiser, publier. C’est l’entrée privilégiée des professeurs documentalistes, du fait de leur expertise dans le champ des sciences de l’information et de la communication. Les notions y sontdoncdétaillées.
    • Éducation aux médias (EAM) qui renvoie en particulier aux passages d’un média à l’autre.
    • Culture numérique (ou digitale) qui renvoie à des savoir-faire manipulatoires et de compréhension des objets numériques.
    • Citoyenne et  éthique qui s’appuie sur l’éthique, le comportement, les questions du choix et de la responsabilité dans nos sociétés ; facette qui donne la dimension  « éducation à » à l’EMI telle que définie ici.

Le professeur documentaliste s’attachera plus particulièrement à l’information-documentation. Pour autant, la matrice doit être appréhendée de façon à ne pas cloisonner chacune des quatre facettes. Il s’agit de développer une lecture transversale et pluridisciplinaire de façon à rester sur le champ de l’EMI et éviter la confusion qui persiste entre cette « éducation à » et l’une ou l’autre de ses composante.

  • Les notions : Les notions d’appui sont centrales et incontournables mais ne sont pas exhaustives

Elles  peuvent être complétées par des notions liées. La progression dans ces notions n’est pas proposée de façon linéaire dans la scolarité mais de façon spiralaire : elles doivent être abordées à plusieurs reprises dans le cursus de l’élève, en affinant un peu plus à chaque projet.

  • Les niveaux des élèves : les trois niveaux proposés sont donnés à titre indicatif pour l’ensemble des cycles 3, 4 et lycée, il en existe d’autres, intermédiaires. Il ne s’agit en aucun cas de tout traiter dans un seul cycle. Il s’agit d’un idéal à viser, tout en tenant compte des contraintes techniques, de l’organisation pédagogique et du contexte local propres à chaque établissement et CDI.

Ils sont destinés principalement à guider les enseignants dans l’observation des élèves dans toute leur hétérogénéité. Il s’agit ici de déterminer pour chaque élève son niveau de départ pour l’amener à « monter » d’un niveau.

L’avantage de cette façon de procéder est qu’elle s’applique tant en aide en aide ponctuelle au CDI que lors de séances pédagogiques programmées.

Quelle utilisation peut-on faire de cette matrice ?

 La matrice est désormais largement connue dans notre Académie : elle a été présentée lors des journées départementales de regroupement, a été signalée sur les listes de diffusion, a bénéficié d’un large partage via les réseaux sociaux et a été signalé notamment sur Eduscol dans le dossier EMI.

Parmi toutes les utilisations possibles, on peut en relever deux :

  1. Partir de sa propre pratique pour voir comment elle s’intègre dans la matrice

La matrice permet alors :

  • de cibler plus finement les notions abordées et les objectifs à atteindre,
  • d’affiner le lien avec les autres disciplines,
  • de replacer le numérique dans un objectif large d’apprentissage,
  • d’affiner la cohérence de ses séances pédagogiques et leur complémentarité,
  • de réfléchir aux apprentissages effectués lors de  l’accompagnement individuel des élèves (hors séances).

2. Partir de la matrice pour concevoir des séances

La matrice permet alors ici  :

  • de travailler en équipe et élaborer un parcours,
  • de travailler avec les collègues de discipline leur propre progression pour voir comment y intégrer l’EMI,
  • de reprendre la trame et relever dans chaque domaine les compétences  travaillées en priorité et les articuler entre elles à travers différentes activités, faire une mini matrice adaptée à un projet pédagogique,
  • de proposer des outils qui facilitent l’apprentissage d’une compétence,
  • de concevoir l’évaluation  en mettant en regard : objectif(s) / constats et questionnements suite à une activité proposée aux élèves / la notion et le niveau attendus tels que détaillés dans la matrice / les critères d’évaluation.

Vous pouvez télécharger tous les documents en .docx : matrice-EMI book et en  pdf : matrice-EMI book

Laisser un commentaire